Nos richesses de Kaouther Adimi (Seuil)

nos-richesses

Comment résister à Nos richesses ? Pour quelqu’un qui souhaite ouvrir une librairie et travailler dans le monde de l’édition, et bien c’est tout simplement impossible ! Tous ceux qui aiment les livres, les écrivains et tous les passeurs de culture qui nous permettent de les découvrir seront séduits par le troisième roman de Kaouther Adimi, écrivaine algérienne de 32 ans qui vit aujourd’hui à Paris. Je trépignais d’impatience de lire ce livre depuis sa sortie en septembre, et reçu en cadeau à Noël. Les lectures pour le festival et autres contingences littéraires et professionnelles m’ont fait languir. Mais la grande joie éprouvée à le lire fut à la hauteur des très grandes attentes…

 Un passeur de livres exceptionnel

Sous la forme d’un journal intime, Kaouther Adimi retrace la vie d’Edmond Charlot, un jeune libraire de vingt ans devenu éditeur à Alger en 1936. Edmond Charlot est l’archétype de ces passeurs que j’admire tant. Avec ses maigres économies, il ouvre un tout petit local (28 mètres carrés !), avec en tête l’idée de reproduire la passion, l’amitié et l’enthousiasme éprouvés dans la librairie d’Adrienne Monnier à Paris. Avec l’accord de Jean Giono, il la baptisera « Les Vraies Richesses ». Les pages consacrées au lancement de cette librairie sont tout simplement émouvantes et évoque une détermination et une volonté inébranlables. Sa librairie, très moderne dans sa conception, se veut avant tout un lieu d’échanges, et non un simple commerce. La librairie se doit d’être un lieu de culture, d’amitié, de bonne humeur et d’engagement absolu pour l’Art. Quelques mois avant l’ouverture, il édite une pièce de théâtre, la première de Camus, censurée par les autorités municipales. Très vite, la librairie attire la jeunesse littéraire et artistique d’Alger. Camus, Roblès, Roy, Audisio, Pol-Fouchet, Guibert, et autres comparses deviennent des fidèles. Comme éditeur, Charlot prend des risques, ne publiant que ce qu’il aime fougueusement. La guerre arrive et Charlot devient résistant. Rappelons que c’est lui qui a publié Le silence de la mer de Vercors, LE livre incontournable de la Résistance en 1944.  Alger est alors la capitale de la France libre et de la littérature… Après la guerre, il lui vient l’idée d’ouvrir une antenne à Paris de sa maison d’édition, les éditions Charlot. À vous de lire la suite…

Une histoire dans l’Histoire

Cette petite histoire dans la grande Histoire nous est racontée par l’entremise de Ryad, un jeune étudiant venu vider la librairie devenue bibliothèque, dans le cadre d’un travail déguisé en stage. Ryad n’aime pas lire, mais il est intrigué par cet homme taciturne, Abdallah, qui se tient debout devant l’immeuble, et qui voit sa vie se dématérialiser avec la disparition de ce lieu unique. À travers ce livre, c’est une partie du XXe siècle qui nous est racontée : l’effervescence culturelle d’Alger dans les années 1930, la Résistance, mais aussi les massacres de Sétif du 8 mai 1945, la colère des Algériens qui a donné lieu à la Guerre d’Algérie… La librairie fut saccagée en 1961 et Charlot dut rentrer en France. Devenue annexe de la bibliothèque nationale, elle existe toujours au demeurant, au 2 rue Arezki Hamani (ex-rue Charras), coincée entre un café et un coiffeur, en face deux librairies. Dans un superbe style, Nos richesses est un roman qui raconte l’histoire d’un homme passionné, malheureusement oublié, qui a pourtant été l’un des plus grands éditeurs du siècle dernier. C’est notamment Charlot qui a inventé la quatrième de couverture. Sa vie était consacrée aux livres, aux écrivains et à l’art car il avait la profonde conviction que ceux-ci changeaient le monde. Il a vécu son siècle, s’y est engagé, a réussi, échoué. Le livre est un hommage à ce passeur de livres exceptionnel, qui nous rappelle que la littérature est un combat à mener, car chaque petite histoire compose la grande.

Coup de cœur !

★★★★★

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :