Tu aimeras ce que tu as tué de Kevin Lambert (Héliotrope)

KLambert

Sorti en mars 2017, ce premier roman a fait grand bruit dans le milieu littéraire québécois qui saluait cette jeune plume de 24 ans. J’étais donc contente de voir qu’il figurait sur la sélection québécoise du Festival du premier roman de Chambéry. J’ai donc profité de ce dimanche après-midi maussade du 20 janvier pour en entreprendre la lecture.

 

Le roman se déroule à Chicoutimi, ville du Saguenay au Québec. Objet de toutes les haines, la ville a une place centrale dans le livre et peut être considérée comme un personnage à part entière. L’ouvrage retrace des tranches de vies d’enfants morts qui reviennent hanter les vivants, dans une atmosphère de plus en plus oppressante au fil des pages. Il y a Sylvie broyée par un camion de déneigement, Croustine le garçon dévoré par les cougars, Almanach le bel éphèbe écrasé par une voiture, Faldistoire violé et noyé par son grand-père, Sébastien et Anne-Louise victimes d’un infanticide ou encore Kevin Lambert qui s’enlèvera la vie, désespéré d’en avoir fauché deux. Ces personnages s’entrecroisent, soumis à leurs pulsions sexuelles, miroirs de la vie qui les habitent. Ces morts-vivants se préparent pourtant à un sombre dessein : celui d’anéantir Chicoutimi.

 

Confronté à ce roman original, le lecteur succombera rapidement à une extase littéraire… ou non. Encensé par la critique, je reconnais le talent indéniable de l’auteur à faire preuve d’une inventivité rare voire délirante. Cependant, cet univers est trop loin de ceux que j’affectionne et je n’ai jamais réussi à trouver du plaisir à lire ce livre où je me suis ennuyée et qui m’a rappelé, à bien des égards, la série Les revenants. Je n’ai pas du tout accroché, ni avec l’intrigue, ni avec le style, qui raviront les amateurs de science-fiction réaliste. Cela étant dit, je peux toutefois comprendre pourquoi tant de gens ont aimé ce livre ambitieux, signe avant-coureur d’un avenir prometteur pour un auteur à surveiller. Une question demeure en suspens dans ma tête : mais pourquoi diable Kevin Lambert déteste-t-il autant Chicoutimi ?!

 

★★

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :