Un certain M. Piekielny de François-Henri Désérable (Gallimard)

Désérable 3

Que de plaisir à lire ce livre ! J’ai ri, j’ai souri (beaucoup), j’ai eu les larmes aux yeux et jai appris plein de choses !

Un jeune auteur brillant et très prometteur

J’ai découvert cet auteur lorsque mon patron de l’époque m’a prêtée Tu montreras ma tête au peuple qui faisait le portrait des protagonistes de la Révolution française. Malheureusement, j’ai oublié de nombreux éléments mais je me rappelle avoir aimé le livre. Il y a deux ans, ma mère m’a envoyée Évariste, son deuxième roman, qui aborde la vie du mathématicien, mais je n’ai pas encore pris le temps de le lire. Ce sera bientôt chose faite. Et puis voilà qu’Un certain M. Piekielny, a fait l’objet d’une présentation à mon émission favorite Plus on est de fous plus on lit l’été dernier, avait suscité une forte très envie de le lire ! Pourquoi ? Parce qu’il se trouve que le M. Piekielny en question a été le voisin d’un fameux auteur qui a écrit l’un des livres qui m’a bouleversée (ainsi que beaucoup d’autres d’ailleurs puisque La vie devant soi fait partie des romans préférés des Français) : Romain Gary.  Noël faisant bien les choses (bon, j’avoue que j’avais fait une liste courte mais très précise aux parents Noël…), me voilà avec l’ouvrage dans les mains…

Genèse d’un livre

Désérable, 31 ans, est de passage à Vilnius en Lituanie, et profite de l’occasion pour aller voir la maison de Roman Kacew dit Romain Gary dit Émile Ajar. Marqué par La promesse de l’aube, il se rappelle d’un passage du livre relatant une anecdote de l’enfance de Gary. Mina, femme aux moyens modestes avait fait le tour des voisins pour leur vendre des chapeaux, et leur présenter le futur grand écrivain et diplomate, Roman Kacew… L’un des voisins, un certain M. Piekielny, s’était alors penché vers l’enfant pour lui murmurer à l’oreille : « Quand tu rencontreras de grands personnsages, des hommes importants, promets-moi de leur dire : au numéro 16 de la rue Grande-Pohulanka, à Wilno, habitait M. Piekielny… ». Il n’en fallait pas plus à Désérable pour se lancer à la recherche d’informations sur la vie de M. Piekielny…

1001 vies

À travers ce livre, c’est toute la vie de Romain Gary que l’on découvre : Romouchka à Wilno, Roman Kacew à Nice, Romain Gary à Londres (aviateur, il fut un grand Résistant et a été décoré par le Général de Gaulle lui-même sous l’Arc de Triomphe), Émile Ajar plus tardivement. En partant à la conquête de la vie de M. Piekielny, le voisin juif si discret, on est témoin de la tragédie, la Shoah, où tout fut mis en œuvre pour exterminer le plus de Juifs possibles. En rappelant à chaque illustre personnage qu’au 16 de la rue Grande-Pohulanka vivait un certain M. Piekielny, c’est rendre hommage à cet homme mais plus largement à ces femmes et ces hommes dont le seul tort était d’être Juifs. N’oublions pas que Gary avait un goût et un talent confirmés pour le romanesque. Sa vie, extraordinaire, ses femmes, ses livres, en sont les preuves vivantes.

Destins croisés

Loin de retracer deux histoires croisées de façon linéaire, Désérable nous emmène dans son périple littéraire, en faisant quelques digressions fort bienvenues, toujours drôles, intelligentes et humbles, sur sa propre vocation d’écrivain. Au fil des pages, on découvre avec beaucoup de sensibilité peu à peu trois hommes, trois destins, où la réalité se mêle à la fiction. On referme le livre en ne sachant plus ce qui est vrai, ce qui est faux, mais est-ce si important ? La littérature, et tout particulièrement la fiction, donnent naissance à nos rêves les plus fous, une touche de poésie aux existences malmenées, de la légèreté ou de la profondeur à ce fil si ténu que l’on appelle la vie.

Merci pour ce beau moment.

★★★★1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :